n°1 - 2024

 

Cet hors-série culturel regroupe chaque trimestre les annonces d'ouvrages et de manifestations.

Entre 1880 et 1911, le psychologue français Alfred Binet a massivement expérimenté sur des femmes dites « hystériques », des enfants et des aliéné∙e∙s qui devinrent un réservoir inépuisable de sujets d'expérience. Pendant 30 ans, il n’a pas hésité à coucher sur papier ses directives, ses arbitrages, ses doutes et les réactions verbales de ses sujets d’expérience. […] Son travail d’expérimentateur nous interroge aujourd’hui sur les préjugés savants de l’époque et les ambivalences éthiques de la relation médecin-malade, enseignant-élève et psychologue-patient.

Loig Le Sonn. Domestiquer le corps social : expérimentations sur les femmes, les enfants et les aliénés au temps d'Alfred Binet. Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion ; 3 octobre 2023. 362 p.

 

Alors que le régime de Vichy laisse mourir les « fous » dans les asiles et que les fascismes prospèrent, se déploie à Saint-Alban (Lozère), autour de François Tosquelles, une expérience absolument originale, qu’on appelle psychothérapie institutionnelle : une pratique indissociablement clinique et politique forgée pour nous garder de toutes les forces « concentrationnaires », par nature aliénantes, et défendre la dimension humaine de la folie.

Camille Robcis. Désaliénation : politique de la psychiatrie. Tosquelles, Fanon, Guattari, Foucault. Paris : Seuil ; 16 février 2024. 304 p.

 

Alors que le XIXe siècle met l’enfant à l’école, la première moitié du XXe s’occupe de celui qui n’y va pas. Qu’on le dise arriéré, délinquant, orphelin, fou ou en danger moral, l’enfant en marge voit se développer autour de lui un édifice institutionnel qui, entre le début du siècle et la fin des années soixante, acquiert progressivement consistance matérielle et unification idéologique.
C’est en examinant le parcours et le travail de Fernand Deligny (1913-1996), instituteur, éducateur et écrivain, que cet ouvrage entend redessiner cette histoire.

Michaël Pouteyo. Fernand Deligny, enfant et institution : pour une histoire de l’enfance en marge. Lyon : ENS Éditions ; 12 février 2024. 438 p. [Libre accès]

 

Si l’histoire de l’institution asilaire est désormais bien connue, celle des aliénés l’est beaucoup moins. Anatole Le Bras fait ici résonner la voix d’hommes et de femmes frappés par la maladie mentale.

Reconstituant les trajectoires de ces individus, des manifestations de troubles psychiques au placement à l’asile, il étudie au plus près la manière dont sont vécus la mise sous tutelle et l’isolement. Scrutant les relations des aliénés avec le monde extérieur, il souligne la façon dont les liens avec les proches se modifient, se distendent ou subsistent malgré le temps qui passe. Surgit alors une palette d’acteurs – familles, voisins, policiers, maires ou préfets – qui s’approprient l’internement, en font un moyen de régulation sociale et de règlement des conflits. Portant le regard au-delà des murs, cet ouvrage laisse entrevoir la vie, fragile, après l’asile. Il nous introduit aux formes d’accommodement ou de résistance des malades, dont les droits sont suspendus et les existences affectées pour longtemps du stigmate de la folie, dessinant ainsi les contours de la condition aliénée.

Anatole Le Bras. Aliénés : une histoire sociale de la folie au XIXe siècle. Paris : CNRS Éditions ; 4 janvier 2024. 400 p.

 

Dès les origines, les sociétés grecque et romaine reconnaissent dans les troubles mentaux les plus graves une maladie, qui est un enjeu social et appelle des réponses juridiques adaptées. Toutefois, ce n’est qu’à l’époque hellénistique et à Rome que naît véritablement la psychiatrie.

Pierre-Henri Ortiz (Trad.). La psychiatrie à Rome : comprendre et soigner la folie d'après Celse et Caelius Aurelianus. Paris : Les Belle Lettres ; 1er mars 2024. 320 p.

 

Lire les ouvrages de James Frame c’est avoir accès au témoignage direct d’un patient interné dans un asile victorien, témoignage qui reste très rare et n’en est que plus précieux, tant pour une meilleure compréhension de la folie que pour un aperçu des modalités de prise en charge de celles et ceux que l’on classait alors dans le vaste groupe des aliénés.

David F. Allen (Dir.). Les Carnets asilaires : James Frame. Une figure oubliée de la psychothérapie institutionnelle écossaise. Paris : Editions nouvelles du Champ lacanien ; Janvier 2024. 144 p.

 

« Paris est le centre de la secte », écrivait Robert Hichens dans Félix, son roman de 1902 sur le nombre croissant de dépendances à la morphine en Europe. À Paris, les artistes ont représenté à de nombreuses reprises le morphinomane, sans toutefois tenir compte de la réalité du problème d’addiction en France : les professionnels de santé masculins représentaient la plus forte proportion de personnes consommant habituellement de la morphine. Dans les peintures à l'huile, les caricatures et les lithographies, des artistes tels que Pablo Picasso, Eugène Grasset et Théophile Steinlen ont presque toujours représenté le morphinomane comme une figure féminine déviante. […]

Art, Medicine, and Femininity présente une nouvelle compréhension de l’histoire de la toxicomanie et de la consommation de substances et de son intersection avec l’art et le genre.

Hannah Halliwell. Art, Medicine, and Femininity : visualising the Morphine Addict in Paris, 1870–1914. Montréal : McGill-Queen’s University Press ; Janvier 2024. 240 p.

 

L’observation du langage est aujourd’hui centrale dans l’examen psychiatrique et l’échange verbal est au cœur de nombreuses pratiques psychothérapeutiques. Quand la médecine mentale a-t-elle commencé à appréhender les propos des patients ? Sur quelles normes les médecins d’asile ont-ils désigné une parole comme pathologique ? Pourquoi certains sons ou mots jugés étranges sont-ils devenus des symptômes permettant de fonder des diagnostics ?

Camille Jaccard. Paroles folles dans la psychiatrie du XIXe siècle. Paris : Hermann ; 28 février 2024. 300 p.

 

Au cachot, privé de sortie, à l’isolement, à l’amende, au pain sec et à l’eau… Nombreuses sont les sanctions qui rythment la vie à la caserne, en prison, à l’usine, en maison de retraite, à l’école, à l’hôpital psychiatrique ou au couvent. Punir serait une dimension essentielle des institutions «disciplinaires» telles que Michel Foucault les a qualifiées. Le collectif d’historiennes et d’historiens réunis dans cet ouvrage a voulu interroger cette évidence et proposer une histoire sociale des sanctions ordinaires au XIXe et au XXesiècles. Il saisit le moment où la domination devient visible et tangible, où le pouvoir cogne.. […]

Mathilde Rossigneux-Méheust, Elsa Génard (Dir.). Routines punitives : les sanctions du quotidien XIXe-XXe siècle. Paris : CNRS Editions ; 5 octobre 2023. 408 p.

 

Que reste-t-il de l’être Lacan plus de quarante ans après sa mort ? Qui est ce psychiatre et psychanalyste français toujours si présent dans la mémoire collective et au croisement des sciences humaines ? Portrait d’un homme engageant et engagé.

Jacques Lacan (1901-1981) et le réveil de la psychanalyse. France Culture. 6 janvier 2024

 

Si l'histoire de l'asile a déjà été largement écrite, il n'en va pas de même pour celle de celles et ceux qui peuplaient ces institutions : les "aliénés". C'est l'objet du grand livre d'histoire sociale que publie Anatole Le Bras. Il est rejoint par le psychiatre et écrivain Emmanuel Venet.

"On est aliéné ou on ne l'est pas". France Culture. 20 janvier 2024

 

Les asiles, que la loi de 1838 généralise en France, accueillent au 19e siècle des hommes et des femmes de tous milieux. Anatole Le Bras s'intéresse à leurs trajectoires, à l'intérieur comme en dehors des murs de l'institution, évoquant des vies fragiles, marquées par l'internement.

19e siècle : des fous parmi les autres. France Culture. 27 janvier 2024

 

Marie Bonaparte se revendiquait comme "la dernière" de la lignée Bonaparte. L'arrière-petite-nièce de Napoléon fut une pionnière de la psychanalyse et l'une des premières à s'intéresser scientifiquement au plaisir féminin.

Yann Lagarde. Marie Bonaparte, pionnière de la psychanalyse en quête du plaisir féminin. France Culture. 31 janvier 2024

 

"Mon passage en ce monde - au nom de Lacan"… pourquoi ce titre, qui emprunte à Lacan des mots que nous l'entendons prononcer dans l'une des archives intitulée "Radiophonie" ? Parce que c'est bien une évocation du passage de Lacan en ce monde que veut être la Nuit que nous lui consacrons".

Mon passage en ce monde au nom de Lacan. France Culture. 18 février 2024

 

L'enceinte de l'hôpital psychiatrique de Cadillac a accueilli 98 "mutilés du cerveau". Son ancien cimetière en garde le souvenir.

Cimetière des "mutilés du cerveau" de Cadillac. Ministère des Armées. 2024


Et si, pour changer, on suivait l’écrivain Georges Pérec et on s’intéressait aux objets évidents de notre quotidien : la chaise, l’escalier, ou encore la fenêtre. L’histoire de l’architecture asilaire au XIXe siècle est bien connue. De nombreux travaux lui ont été consacrés, comme la thèse de Lucile Grand, L’architecture asilaire au XIXe siècle, entre utopie et mensonge. (Bibliothèque de l’école des chartes. 2005, tome 163, livraison 1. pp. 165-196).

Philippe Artières. Fenêtres sur cour dans les asiles d’aliénés. VIF. 1er février 2024

 

« "Consultation en vue de la cession du site hospitalier de Perray-Vaucluse (91). Phase 1 : Appel à manifestation d’intérêt. […]". À la lecture de cette annonce alléchante – site historique de la psychiatrie française, la valeur patrimoniale et architecturale, qualité paysagère, mémoire collective –, je me suis trouvé replongé dans ma mémoire personnelle et affective. »

Paul Machto. Retour à Perray-Vaucluse… cinquante ans après. VIF. 15 février 2024

 

Il faut d’abord traverser les marais ; on regarde cette austère étendue en songeant aux visages des jeunes parachutistes alliés qui s’y sont noyés, à toutes ces vies brisées par l’événement. Dans ces marais reposent les héros de l’histoire. […]
Précédés de tous ces fantômes, on arrivera au Bon-Sauveur de Picauville. Devant nous, il y aura l’asile. Ses hauts murs et son grand portail barreront le paysage. On hésitera à rentrer mais très vite, sans même s’en rendre compte, on sera au-dedans. On comprendra que nul n’ignore ici ce qui s’est passé ; que si la terre fut marquée, ces hommes-là le furent aussi. On saura que ce lieu-là ne fut pas au dehors de l’histoire, mais au contraire un lieu où elle s’y concentre. Un lieu mémoire.

Philippe Artières. Que reste-t-il au Bon-Sauveur ?. VIF. 15 février 2024

 

Découvrez le portrait de Corentin-Celton, à l’occasion de l’exposition « Corentin Celton. Une vie d’engagement (1901-1943) » présentée à l’hôpital Corentin-Celton à partir du 14 décembre.

AP-HP. Corentin Celton : une vie d'engagement (1901-1943). Histoire & Patrimoine. 2023

 

"Découvrez dans ce Patrimoine en revue comment s’est constitué le fonds d’archives médicales historiques conservé par le service des archives centrales de l’AP-HP avec des typologies de documents, encore trop peu exploitées aujourd’hui !

Archives de l’AP-HP, Musée de l’AP-HP. Archives médicales. Patrimoine en revue. Décembre 2023 ; (59)

 

Voilà maintenant cinq ans que le service des archives de l’AP-HP participe au Challenge A à Z. […] Venez découvrir dans ce Patrimoine en revue, l’histoire du soin à travers les 26 lettres de l’alphabet.

Archives de l’AP-HP, Musée de l’AP-HP. Challenge de A à Z : le soin. Patrimoine en revue. Janvier 2024 ; (60)

 

Découvrez dans ce nouveau numéro, cinq hôpitaux qui ont complètement disparu du paysage parisien et dont les archives ont brûlé en quasi-totalité lors de l’incendie de l’hôtel de ville pendant la Commune de Paris en mai 1871.

Archives de l’AP-HP, Musée de l’AP-HP. Hôpitaux de Paris : du temps jadis (XIIe - XVIIIe siècle). Patrimoine en revue. Février 2024 ; (61)

 

Les qualificatifs de classique/orthodoxe et dogmatique/ouvert ont été les modes d’expression de divergences historiques fondamentales entre le courant dit scientifique des premiers freudiens et celui des nombreux élèves qui s’en sont démarqués, par la promotion de psychothérapies dites d’inspiration psychanalytique. Ces qualificatifs et leurs changements de sens ont été déterminants dans l’évolution de la réflexion psychanalytique contemporaine. Celle-ci a en effet vu la disparition pour ainsi dire unanimement partagée de la conception psychanalytique scientifique historique promue par Freud lui-même.

Philippe Christophe. Sur quelques écueils terminologiques et historiques et leur transmission : Classique/orthodoxe – dogmatique/ouvertLe Coq-Héron. 2023 ; (255) : 23-29 [Accès abonnés]

 

Cet article discute quelques propositions de J.-F. Chiantaretto au regard de certains conflits psychiques de S. Freud. L’auteur explore la relation de ce dernier à ses biographes, sous-tendue par une position mégalomaniaque alternant entre le fantasme d’un double détesté et d’une figure paternelle frappée d’ambivalence ; très tôt investi par sa mère comme promis à un destin de grand homme, Freud est mû par un fantasme d’autoengendrement qui émerge dès son adolescence.

Florian Houssier. « Sigi en or » et ses traîtres : conflits originaires dans l’histoire de la psychanalyseLe Coq-Héron. 2023 ; (255) : 63-68 [Accès abonnés]

 

Dans cet article, l’auteur expose la nouvelle discipline qu’il a élaborée au cours des quarante dernières années, dont l’objectif principal est de mieux soigner les patient·es souffrant de maladies plus ou moins graves. Cette nouvelle approche a été développée dans le cadre de la consultation de psychosomatique du groupe hospitalier la Pitié-Salpêtrière, et dans l’enseignement à la Faculté de médecine. Pour établir des bases scientifiques à cette discipline permettant des études épidémiologiques, une méthode a été développée combinant des variables qualitatives (psychiques) et des variables quantitatives (biologiques).

Jean-Benjamin Stora. Histoire de ma conception de la « psychosomatique intégrative »Le Coq-Héron. 2023 ; (255) : 159-164 [Accès abonnés]

 

L’après-guerre connut un premier essor de l’application clinique des psychédéliques, à une époque à laquelle naissaient aussi les autres classes psychopharmacologiques, qui n’ont pas cessé, elles, de se développer et de contribuer à la formulation d’hypothèses diverses sur la psychopathologie. Mais, très vite, le charactère « révélateur de l’esprit » de ces molécules se fit connaître par le « grand public » et son usage commença à se répandre en dehors des milieux psychiatriques et psychologiques, ainsi que de celui des services de renseignement qui cherchaient des outils pour le contrôle mental à grande et petite échelle en pleine guerre froide.

Sebastián Sepúlveda. Psychédéliques : à 80 ans du début de l’histoireL’Information psychiatrique. Décembre 2023 ; 99 (10) : 733 à 740 [Accès abonnés]

 

Edité par Les éditions du Cerf en 1958, ce texte est la contribution d’Henri Ey à un des colloques de Bonneval le moins connu et qui ne compte pas comme les autres. Il s’agit de celui qui a lieu en 1956 avec le titre de La Psychopathologie et le problème de la volonté. Il est organisé pendant la période à laquelle Ey collabore avec les Congrès catholiques internationaux de psychothérapie, fondés par l’excentrique et polyfacétique écrivaine et journaliste française Maryse Choisy, qui cherche à établir un dialogue à un niveau international entre psychothérapeutes et théologiens, sur le thème de la réception de la psychanalyse (Desmazières A. Henri Ey, « compagnon de route » des congrès catholiques internationaux de psychothérapie et de psychologie clinique (1955-1960). Cahiers Henri Ey 2008 ; 20-21 : 149-64).

Henri Ey, Rubrique dirigée par Eduardo Mahieu. La psychopathologie et le problème de la volontéL’Information psychiatrique. Janvier 2024 ; 100 (1) : 63-67 [Accès abonnés]

 

Ce travail s'appuie sur notre expérience de psychologue clinicienne dans une maison d'accueil spécialisée. L'institution, ouverte en 2003, a été créée par un hôpital psychiatrique afin d'y orienter ses patients déficitaires hospitalisés depuis l'enfance. Lors de notre arrivée dans l'institution en 2011, l'histoire subjective de chaque accueilli nous a semblé occultée par une histoire collective où se mêlaient nos représentations historiques de la psychiatrie asilaire évoquant la déshumanisation, la promiscuité et les mauvais traitements. Dans les dossiers d'hospitalisation, nous avons retrouvé le terme générique d'"idiotie" et une certaine confusion diagnostique. Nous nous sommes alors intéressée aux conceptions historiques de l'idiotie pour y reconnaître leur influence sur le traitement, tant thérapeutique que social, de ces sujets présentant des pathologies de type archaïque. […]

Isabelle Basset. Des "idiots" à l'hôpital psychiatrique depuis les années soixante : quand l'histoire institutionnelle devient celle du sujet [Thèse]. Amiens : Université de Picardie Jules Verne ; 2022. 485 p.

 

Selon la tradition, en octobre 1816, René-Théophile Laennec expérimente pour la première fois l'usage d'un cornet fait de papiers pour écouter les bruits thoraciques d'une patiente. […]

À l'aide du riche patrimoine archivistique et mobilier des établissements de soins du département, la question de l'évolution de la thérapeutique dans l'Yonne depuis le XVIe s. jusqu'à l'Entre-deux-guerres est abordée à travers cette exposition sous l'angle du personnel soignant, des lieux de soins, des remèdes et techniques et du coût des soins.

Archives départementales de l’Yonne. « Accueillir, soigner, guérir : histoire de la thérapeutique dans l'Yonne du XVIe s. à l'Entre-deux-guerres [exposition en ligne]

 

Du 16 février au 30 juin 2024, Paris

La « psychothérapie institutionnelle » est une pratique de la psychiatrie initiée au milieu du 20e siècle, dont le présupposé est que pour soigner les malades, il faut d’abord soigner l’hôpital. Autrement dit, ne jamais isoler le trouble mental de son contexte social et institutionnel. Inspirée de ces expériences psychiatriques et humaines révolutionnaires, qui s’appuient sur le collectif et sur la création artistique, cette exposition s’intéresse à différentes manières de transformer des lieux d’isolement en lieux de protection, en refuges contre les violences de la société.

Palais de Tokyo. Toucher l'insensé : exposition collective


Séminaire d’initiation à l’histoire de la médicine, organisé par Luc Berlivet (CNRS, Cermes3) et Maria Pia Donato (CNRS/ENS, IHMC)

Le mercredi (sauf le 3 mai), de 16 h à 19 h du 28 février 2024 au 3 mai 2024

Institut d’histoire moderne et contemporaine. Histoire de la médecine et de la santé : perspectives transnationales

 

Cette lettre vous est proposée par le réseau des archivistes d’Ascodocpsy.

Abonnez-vous ici.
Recommandez cette lettre à un.e ami.e en lui transférant ce mel.


Archimède Hors série culturel n°1 - 2024 - Parution trimestrielle
Ascodocpsy est un réseau documentaire en santé mentale de 96 établissements. Vous voulez nous rejoindre ? Cliquez ici.
Contact : ascodocpsy@gmail.com - Tous nos services sur www.ascodocpsy.org

 


Conception et création : ascodocpsy - Tous droits réservés
Directeur de publication : Christophe Schmitt, président
Rédactrice en chef : Nathalie Berriau, coordinatrice générale
Comité de rédaction : Christelle Morin (Institut Camille Miret), Audrey Renault (CH La Chartreuse), Jasmine Retailleau (CH Georges Mazurelle) et Anne-Pascale Saliou (EPS de Ville-Evrard)
Mise en page : Céline Girard, webmestre

Covid and Earth Icons made by Freepik from www.flaticon.com